Vapoter en Angleterre: résumé de la mise à jour des preuves 2021

avril 02, 2021

1. Objectif du rapport

Il s'agit du sixième rapport d'une série de rapports indépendants commandités par Public Health England (PHE) pour résumer les preuves sur les cigarettes électroniques afin d'éclairer les politiques et les réglementations.

Malgré la réduction de la prévalence du tabagisme, le tabagisme reste la principale cause unique de décès et de maladies évitables et l'une des principales causes d'inégalités en matière de santé. Ainsi, des dispositifs alternatifs de délivrance de nicotine moins nocifs pourraient jouer un rôle crucial dans la réduction de ce fardeau pour la santé.

Ce rapport présente des mises à jour sur la prévalence du vapotage chez les jeunes et les adultes et passe en revue la littérature sur le vapotage chez les personnes souffrant de problèmes de santé mentale et les femmes enceintes.

Un examen complet de l'innocuité de la cigarette électronique fera l'objet d'un prochain rapport.

1.1 Terminologie

Les produits de vapotage font référence aux cigarettes électroniques et aux récipients de recharge (e-liquides).

Les vapoteurs font référence aux personnes qui utilisent régulièrement des produits de vapotage et le vapotage est l'acte d'utiliser un produit de vapotage.

Nos conditions n'incluent pas le vapotage de cannabis ou le vapotage d'autres substances illicites, qui ne font pas l'objet de ce rapport.

1.2 Réglementation en vigueur

Les produits de vapotage ne contenant pas de nicotine sont soumis au Règlement général sur la sécurité des produits 2005, appliqué par les normes commerciales locales.

Les produits de vapotage contenant de la nicotine sont réglementés de manière plus stricte par la directive révisée de l'Union européenne sur les produits du tabac (2014/40 / UE) (TPD), traduite en droit britannique par le Tobacco and Related Products Regulations 2016 (TRPR), auquel le gouvernement s'est engagé examen d'ici mai 2021.

Il n'y a pas de produits de vapotage de nicotine sous licence médicale au Royaume-Uni.

La vente de produits de vapotage à toute personne de moins de 18 ans est interdite, tout comme l'achat de produits de vapotage pour toute personne de moins de 18 ans.

1.3 Développements récents

Les produits de vapotage à la nicotine ont continué d'évoluer. L'utilisation de la technologie du sel de nicotine est de plus en plus populaire.

Entre le 20 mai 2016 (mise en œuvre du TRPR) et le 9 janvier 2020, l'Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA) a reçu 84 notifications de 245 effets indésirables soupçonnés d'être associés à des produits de vapotage contenant de la nicotine dans le cadre de son programme de carte jaune. Un rapport ne prouve pas que la réaction a été causée par un produit de vapotage, mais simplement que le journaliste soupçonnait que c'était peut-être le cas.

Aux États-Unis, où il existe un système de réglementation très différent pour les produits de vapotage (y compris les produits utilisés pour vapoter du cannabis), il y a eu une vague de maladies pulmonaires graves et de décès qui ont semblé culminer à la fin de 2019. Cette épidémie semble avoir été causée par les gens vapotant l'huile de tétrahydrocannabinol (THC) dérivé du cannabis et l'acétate de vitamine E.

Il n'y a pas eu d'épidémie de maladie pulmonaire similaire en Angleterre, bien que la MHRA ait reçu des rapports faisant état de 4 décès dans le cadre du programme de carte jaune où le vapotage était soupçonné d'être impliqué (2 avant la mise en œuvre du TRPR et 2 plus récemment). Cependant, le lien avec les produits de vapotage contenant de la nicotine n'a pas encore été établi. Il y a plus d'informations dans la mise à jour de janvier 2020 sur l'innocuité des médicaments de la MHRA. Il y a également 2 cas graves publiés de maladies respiratoires qui ont été liés au vapotage.

Des violations de la loi sur l'âge de la vente pour les produits de vapotage contenant de la nicotine (et pour les cigarettes) et l'utilisation des médias sociaux pour promouvoir les produits de vapotage sont signalées. L'Autorité des normes de publicité a récemment confirmé certaines plaintes dans lesquelles la commercialisation de produits de vapotage avait enfreint le code de la publicité britannique.

La plupart des fiducies de santé mentale en Angleterre autorisent le vapotage, mais il existe des incohérences dans les politiques et les pratiques. Le rapport de l'enquête du Comité des sciences et de la technologie de la Chambre des communes sur les cigarettes électroniques a recommandé que le NHS England produise des conseils sur le vapotage dans les fiducies de santé mentale, ce qui est toujours en suspens.

1.4 Implications

Étant donné que les produits de vapotage sans nicotine sont moins réglementés que les produits contenant de la nicotine, ils pourraient devoir être revus parallèlement à la prochaine révision de la réglementation sur le vapotage de nicotine.

Le NHS England devrait publier des directives sur le vapotage dans les fiducies de santé mentale pour assurer la cohérence et l'équité dans l'ensemble du NHS.

La vague de blessures et de décès aux poumons aux États-Unis n'est pas attribuable aux produits de vapotage à la nicotine réglementés actuellement vendus en Angleterre. Mais tous les effets indésirables suspectés ou les décès suspects doivent être évalués.

Les conclusions de nos rapports précédents restent des messages importants pour prévenir les dommages. Ceux-ci peuvent être résumés comme suit:

le vapotage de produits à base de nicotine réglementés comporte une petite fraction des risques liés au tabagisme, mais cela ne signifie pas qu'il est sans danger
les fumeurs devraient être encouragés à essayer les produits de vapotage à la nicotine réglementés, ainsi que les médicaments pour arrêter de fumer et le soutien comportemental. Cela augmentera considérablement leurs chances d'arrêter de fumer avec succès
les personnes qui n'ont jamais fumé doivent être encouragées à ne pas fumer et à ne pas vapoter
les vapoteurs devraient être encouragés à n'utiliser que des produits à base de nicotine réglementés et à arrêter complètement de fumer

    2. Méthodes

    Nous avons utilisé les données de 6 enquêtes représentatives au niveau national pour examiner la prévalence et les caractéristiques du vapotage en Angleterre. Nous avons également examiné la littérature universitaire internationale pour les études publiées entre novembre 2018 et octobre 2019 qui rapportent la prévalence du vapotage.

    Nous avons utilisé des données collectées par NHS Digital auprès des services pour arrêter de fumer, des données du programme de carte jaune de la MHRA et des données de publications évaluées par des pairs.

    Nous avons mené 2 revues systématiques de la littérature académique publiée qui identifient les preuves sur le vapotage chez les personnes ayant un problème de santé mentale et sur le vapotage pendant la grossesse.

    3. Vapotage chez les jeunes

    3.1 Principaux résultats

    La prévalence actuelle du vapotage (hebdomadaire ou moins qu'hebdomadaire) chez les jeunes en Angleterre est restée raisonnablement stable, les meilleures estimations récentes la situant à 6% des 11 à 15 ans en 2018 et 5% des 11 à 18 ans. en 2019.

    Les enfants plus âgés sont plus susceptibles de vapoter. La consommation actuelle chez les enfants de 11 ans était estimée à moins de 1% en 2018, contre 11% chez les 15 ans.

    Le vapotage actuel est principalement concentré chez les jeunes qui ont une expérience du tabagisme. Moins de 1% des jeunes qui n'ont jamais fumé sont des vapoteurs actuels.

    Aucune enquête n'a signalé une forte augmentation de la prévalence du vapotage.

    La prévalence actuelle du tabagisme (hebdomadaire ou moins qu'hebdomadaire) chez les 11 à 15 ans a diminué de moitié entre 2009 (11%) et 2018 (5%), mais est restée relativement stable depuis 2014.

    Les perceptions des jeunes des méfaits relatifs du vapotage par rapport au tabagisme sont de plus en plus en contradiction avec les preuves. La proportion des 11 à 18 ans qui pensaient que le vapotage était moins nocif que la cigarette est passée de 68% en 2014 à 52% en 2019.

    Un peu plus d'un tiers des jeunes de 11 à 15 ans pensaient qu'il était acceptable d'essayer le vapotage et un peu moins d'un quart pensaient qu'il était acceptable de vapoter une fois par semaine.

    La plupart des jeunes qui ont essayé le vapotage le font par curiosité.

    Les modèles de réservoirs, qui sont des kits réutilisables et rechargeables que les utilisateurs peuvent remplir de liquide, restent le type d'appareil de vapotage le plus populaire utilisé par les jeunes.

    Les récentes enquêtes britanniques n'ont pas posé de questions sur l'utilisation des arômes chez les jeunes qui vapotent.

    Près de 60% des jeunes de 11 à 15 ans qui vapotaient régulièrement (plus d'une fois par semaine) ont déclaré avoir reçu des produits de vapotage, principalement par des amis. Mais beaucoup ont également déclaré avoir acheté des produits de vapotage auprès d'autres personnes, de magasins et d'Internet.

    Les comparaisons entre les pays sont entravées par des questions et des méthodes d'enquête incohérentes. Une enquête qui comparait le vapotage chez les 16 à 19 ans de 2017 à 2018, en utilisant des méthodes cohérentes, a révélé des niveaux de vapotage inférieurs en Angleterre par rapport au Canada et aux États-Unis.

    3.2 Implications

    La prévalence du vapotage et du tabagisme chez les jeunes en Angleterre devrait continuer à être étroitement surveillée.

    Des questions sur les goûts et les raisons du vapotage chez les jeunes devraient être ajoutées aux grandes enquêtes représentatives au niveau national.

    L'application des réglementations relatives à l'âge de la vente doit être améliorée.

    4. Vapotage chez les adultes

    4.1 Principaux résultats

    La prévalence actuelle du vapotage (toute utilisation actuelle) chez les adultes en Angleterre est restée stable depuis 2014, et en 2019 se situait entre 5% et 7%.

    La prévalence actuelle du vapotage chez les fumeurs variait entre 14% et 20% selon les enquêtes, montrant encore une fois peu de changement depuis 2014.

    La prévalence actuelle du vapotage chez les anciens fumeurs a continué d'augmenter et était de 12% à 13% en 2019.

    Le vapotage reste le plus courant chez les fumeurs et anciens fumeurs, avec moins de 1% des personnes n'ayant jamais fumé vapotant actuellement.

    La proportion de fumeurs actuels qui n'ont pas essayé de produits de vapotage est restée à 37% entre 2018 et 2019.

    Le tabagisme chez les adultes en Angleterre a continué de baisser au cours des 10 dernières années et était d'environ 15% en 2019.

    La prévalence du vapotage est la plus élevée chez les personnes appartenant à des groupes socio-économiques plus défavorisés, ce qui reflète leurs niveaux plus élevés de tabagisme.

    Les perceptions des méfaits du vapotage chez les fumeurs sont de plus en plus en contradiction avec les preuves. La proportion de personnes qui pensaient que le vapotage était moins nocif que la cigarette est passée de 45% en 2014 à 34% en 2019. Ces perceptions erronées sont particulièrement fréquentes chez les fumeurs qui ne vapotent pas.

    La plupart des adultes utilisent des produits de vapotage pour les aider à arrêter de fumer.

    Les vapoteurs ont déclaré que l'interdiction des liquides aromatisés les dissuaderait d'utiliser des produits de vapotage pour les aider à arrêter ou à réduire leur tabagisme. Cela pourrait également pousser les vapoteurs actuels vers des produits illicites.

    À l'instar des années précédentes, les données des services pour arrêter de fumer en Angleterre suggèrent que lorsqu'un produit de vapotage est utilisé dans une tentative d'abandon, soit seul, soit avec des médicaments sous licence, les taux de réussite sont comparables, sinon supérieurs, aux médicaments sous licence seuls.

    Lorsque des informations internationales sont disponibles, la prévalence du vapotage chez les adultes en Angleterre semble être plus élevée que dans d'autres pays.

    4.2 Implications

    Les données présentées ici suggèrent que le vapotage n'a pas miné la baisse du tabagisme chez les adultes.

    Des perceptions de plus en plus erronées parmi le public des méfaits du vapotage pourraient empêcher certains fumeurs d'utiliser des produits de vapotage pour arrêter de fumer.

    Une interdiction des liquides aromatisés pourrait avoir des effets néfastes et des conséquences involontaires pour les fumeurs utilisant des produits de vapotage pour arrêter de fumer. Cela ne doit être considéré qu'avec prudence.

    5. Vapotage chez les personnes souffrant de troubles mentaux

    5.1 Principaux résultats

    Dans notre revue systématique, nous n'avons identifié aucune étude de prévalence du vapotage en Angleterre, nous ne sommes donc pas en mesure de rendre compte des taux de vapotage chez les personnes souffrant de problèmes de santé mentale en Angleterre ou dans d'autres régions du Royaume-Uni.

    Nous avons identifié 17 études qui rapportaient la prévalence du vapotage chez les personnes souffrant de problèmes de santé mentale en dehors du Royaume-Uni.

    Les définitions du vapotage actuel varient d'une étude à l'autre, par exemple, toute utilisation au cours des 30 derniers jours ou toute utilisation quotidienne, certains jours ou rarement. Ainsi, les résultats et toutes les comparaisons entre les études doivent être traités avec prudence.

    Dans l'ensemble, les taux de vapotage actuel variaient de 3% à 20% chez les personnes souffrant de problèmes de santé mentale dans des échantillons de population représentatifs à l'échelle nationale. Les taux variaient de 0,3% à 21% dans des échantillons d'enquêtes représentatifs à l'échelle de l'État ou régional et de 7% à 45% parmi les participants recrutés dans des milieux cliniques. Ces taux élevés de vapotage reflètent probablement la forte prévalence du tabagisme chez les personnes ayant des problèmes de santé mentale.

    Parmi les échantillons représentatifs à l'échelle nationale et à l'échelle de l'État ou régional, les fumeurs actuels avaient les taux de vapotage les plus élevés (jusqu'à 75%) et les taux de vapotage actuels (jusqu'à 41%).

    Il n'y a actuellement aucun essai contrôlé randomisé (ECR) publié évaluant les produits de vapotage pour l'abandon ou la réduction du tabagisme chez les fumeurs souffrant de problèmes de santé mentale. Nous avons identifié 4 «études pré-post» à un seul groupe, un type d’étude portant sur les participants avant et après une intervention, et une analyse des données secondaires des données d’ECR qui incluait un échantillon de personnes souffrant d’un problème de santé mentale. Dans 4 des études, les participants n'étaient pas motivés à arrêter. L'abstinence complète du tabagisme a été obtenue par 7% à 14% des participants entre un suivi de 4 semaines et 12 mois dans toutes les études. Les participants à l'étude qui ont vapoté ont considérablement réduit leur consommation de cigarettes.

    La littérature rare qui existe sur les connaissances et les attitudes des professionnels de la santé à propos du vapotage suggère que beaucoup sont ambivalents quant au rôle et à l'utilisation des produits de vapotage chez les fumeurs souffrant de problèmes de santé mentale. Cela suggère également que les besoins de formation ne sont pas satisfaits.

    5.2 Implications

    L’une des mesures du plan de lutte antitabac du gouvernement pour l’Angleterre a été d’explorer comment des données plus fiables pourraient être collectées pour mieux informer les mesures de lutte antitabac afin de soutenir les personnes souffrant de troubles mentaux. Des études en cours sur le vapotage (et le tabagisme) chez ces personnes en Angleterre aideront à combler certaines lacunes en matière de preuves. Mais des données plus représentatives au niveau national sont encore nécessaires, en particulier pour les personnes souffrant de troubles mentaux graves.

    Les taux élevés de tabagisme et de vapotage ensemble suggèrent que les fumeurs souffrant de problèmes de santé mentale devraient être conseillés et soutenus pour arrêter complètement de fumer, dès qu'ils se sentent capables de le faire.

    Des recherches supplémentaires sont nécessaires sur le vapotage chez les personnes souffrant de problèmes de santé mentale et sur son efficacité et sa sécurité pour arrêter de fumer.

    Certains signes indiquent que les professionnels de la santé ont besoin d'une formation plus personnalisée sur l'utilisation des produits de vapotage chez les personnes souffrant de problèmes de santé mentale.

    Des ressources sur le vapotage chez les personnes en situation de santé mentale sont disponibles auprès du Mental Health & Smoking Partnership en Angleterre. Étant donné que le vapotage est autorisé dans la plupart des fiducies de santé mentale en Angleterre, l'expérience de l'utilisation de produits de vapotage au fil du temps dans ces contextes devrait être explorée, y compris leur effet sur le passage complet du tabagisme au vapotage.

    6. Vapoter pendant et après la grossesse

    6.1 Principaux résultats

    Notre revue systématique a montré un manque de preuves sur la prévalence du vapotage pendant la grossesse en Angleterre, les effets du vapotage sur le tabagisme pendant la grossesse et après l'accouchement, et sur les effets du vapotage sur la santé maternelle ou l'issue de la grossesse.

    Comme dans d'autres populations, les femmes enceintes qui vapotent sont susceptibles de le faire pour arrêter de fumer.

    Vapoter pendant la grossesse est très rare chez celles qui n'ont pas fumé.

    Les fumeuses enceintes et les professionnels de la santé ne sont pas certains des risques relatifs du vapotage pour la mère et le bébé et la pratique clinique du vapotage pendant la grossesse varie.

    6.2 Implications

    Le manque de données représentatives au niveau national sur le vapotage pendant la grossesse en Angleterre doit être corrigé par des programmes de recherche.

    Des recherches supplémentaires sont nécessaires sur les associations entre le vapotage pendant la grossesse et le sevrage tabagique et les résultats pour la santé.

    Les raisons courantes de vapoter pendant la grossesse sont d'arrêter de fumer, d'empêcher le retour au tabagisme et de réduire les méfaits. Ainsi, toute incertitude sur les méfaits ou les risques du vapotage pendant la grossesse est susceptible de décourager le vapotage chez les fumeuses enceintes.

    Les attitudes incohérentes des professionnels de la santé à l'égard du vapotage pendant la grossesse montrent que des conseils sont nécessaires de toute urgence.

    En attendant les résultats des recherches en cours, les professionnels de la santé peuvent utiliser les conseils et les recommandations du groupe de défi sur le tabagisme pendant la grossesse sur le vapotage avant, pendant et après la grossesse, pour la maternité et d'autres professionnels de la santé. Les directives indiquent que le vapotage devrait être soutenu s'il aide les femmes ou les ménages avec enfants à arrêter de fumer ou à rester sans fumée et que les produits de vapotage à la nicotine réglementés seront toujours préférables au tabagisme.