L'expert en réduction des risques liés au tabac souligne le "sophisme du cerveau de la nicotine" du CDC

janvier 19, 2021

Brad Rodu, professeur de médecine célèbre et chercheur sur la réduction des risques liés au tabac, explique pourquoi l'affirmation des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) selon laquelle « la nicotine contenue dans les cigarettes électroniques peut nuire au développement du cerveau » est absurde.

Les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies ont fait une fausse publicité disant aux enfants que « la nicotine contenue dans les cigarettes électroniques peut nuire au développement du cerveau ». Le titre dit : « Ce n'est pas comme si vous pouviez acheter un nouveau cerveau ». Pour que ce soit exact, j'ai ajouté «...pour votre souris de compagnie » , lire le paragraphe d'ouverture d'un article du professeur Rodu.

L'expert en THR a déclaré que, malheureusement, nous n'avons de preuves de ce dommage cérébral auquel le CDC fait référence, chez les sujets souris, que par le biais d'études menées en laboratoire. "Le dommage au développement du cerveau dont les fonctionnaires fédéraux parlent sans cesse ne se produit que dans la torture de souris en laboratoire. Les études sur les souris sont bien connues pour leur valeur douteuse dans la prédiction des effets sur l'homme, a-t-il souligné.

M. Rodu a poursuivi en expliquant qu'à ce jour, il n'y a absolument aucune preuve des effets nocifs de la nicotine sur le cerveau des sujets humains. « Il n'y a absolument aucune preuve scientifique pour soutenir l'affirmation selon laquelle la nicotine nuit au développement du cerveau humain, il est donc étonnant que les fonctionnaires fédéraux se livrent à ce faux récit ».

Aucune preuve n'indique que la nicotine nuit au cerveau humain

Il a ajouté que l'absence de telles preuves de la part des 34 millions de fumeurs adultes actuels, dont la plupart ont commencé à fumer à l'adolescence, a également été soulignée lors d'un récent événement international sur le tabac.

« Ces absurdités sont un affront aux 34 millions de fumeurs actuels adultes et aux 55 millions d'anciens fumeurs aux États-Unis, qui ont presque tous commencé à fumer à l'adolescence. Il n'y a aucune preuve que leur développement cérébral ait été endommagé, un fait qui a été spécifiquement reconnu par un prestigieux chercheur sur la nicotine, le Dr Neal Benowitz, lors d'une réunion internationale sur le tabac cette semaine ».

La nicotine pourrait en fait avoir un effet protecteur sur le cerveau

Pour ajouter l'insulte à l'injure, il existe en fait plusieurs études qui mettent en évidence la capacité de protection de la nicotine sur le cerveau. Une étude de 2016 publiée dans le Open Access Journal of Toxicology, a révélé que la nicotine pourrait jouer un rôle vital dans la prévention de l'obésité, qui à son tour empêche le rétrécissement du cerveau, et pourrait également protéger contre les assauts de la maladie d'Alzheimer et d'autres troubles neurologiques.

En outre, une récente revue des études sur le sujet, a indiqué que la consommation de nicotine peut soulager les symptômes de la dépression. L'article fait référence à une étude de 2002 qui a montré qu'un traitement transdermique à la nicotine pendant 4 jours diminuait les symptômes de la dépression et augmentait la durée du sommeil paradoxal chez les patients. D'autres études ont fait état de tels résultats. Les chercheurs ont donc suggéré que puisque l'habitude a un effet positif sur l'humeur, les fumeurs déprimés pourraient avoir besoin d'une aide supplémentaire pour arrêter de fumer.