Le coronavirus a incité les anciens fumeurs à reprendre leurs cigarettes

mars 09, 2021

Les experts de la santé publique ont longtemps prédit que le stress provoqué par la situation Covid aurait un impact négatif sur le taux de tabagisme. "Alors que le monde se referme sur lui-même, la distanciation sociale et l'isolement risquent de rendre la société très solitaire et la vie plus stressante", a déclaré Pooja Patwardhan, directeur médical du centre de recherche sur la santé et membre du Collège royal des médecins généralistes.

Patwardhan avait énuméré ses arguments dans le document intitulé "COVID-19" : Risque d'augmentation du taux de tabagisme parmi les 6 millions de fumeurs d'Angleterre et de rechute parmi les 11 millions d'anciens fumeurs d'Angleterre", et de nombreux autres experts de la santé publique ont abondé dans le même sens, partageant eux aussi leur point de vue. À cet effet, de nombreux experts s'étaient prononcés contre l'idée de rendre indisponibles des alternatives plus sûres à la nicotine, en particulier à l'heure actuelle, en raison de cette hausse redoutée du tabagisme.

Dépenser moins pour sortir et plus pour les cigarettes

Malheureusement, les résultats annuels publiés par Imperial Brands' (IMBBY) ont confirmé ces craintes. "Il semblerait que les fumeurs aient choisi d'affecter une plus grande partie de leurs dépenses discrétionnaires au tabac", a déclaré Imperial dans un communiqué. "Plus de temps passé à la maison a permis aux consommateurs de réduire leurs dépenses dans certains domaines, tels que les vacances ou les sorties".

Les fermetures, les restrictions sur les voyages et l'impulsion donnée par les mesures de relance budgétaire dans "plusieurs marchés" ont entraîné des changements dans le comportement des consommateurs, a déclaré la société, citée par Yahoo Finance, ce qui signifie une "tendance à la hausse de la taille du marché pour l'ensemble du groupe". Imperial a ajouté qu'un examen stratégique est actuellement en cours, et que les résultats devraient être publiés d'ici la fin janvier 2021.

Conformément à ces données, une étude représentative antérieure portant sur environ 2 000 personnes, réalisée entre le 30 avril et le 13 mai dans le cadre du suivi Covid-19 de YouGov, avait révélé qu'environ 2,2 millions de personnes au Royaume-Uni fumaient plus que d'habitude pendant la pandémie. On estime que 4,8 millions de personnes supplémentaires fument la même quantité qu'avant et que 1,9 million de personnes ont réduit leur consommation.

La majorité des fumeurs qui ont cessé de fumer étaient de jeunes adultes

Cependant, selon de nouvelles données publiées par l'association à but non lucratif Action on Smoking and Health (ASH), issues d'une étude menée entre le 15 avril et le 20 juin, plus d'un million de personnes en Grande-Bretagne ont cessé de fumer.

Parmi elles, près de la moitié (41 %) ont déclaré que la décision d'arrêter de fumer était une réponse directe aux préoccupations sanitaires accrues provoquées par la pandémie. Le rapport de l'ASH a révélé que sur le million de personnes qui ont arrêté de fumer entre avril et juin, 400 000 avaient entre 16 et 25 ans, ce qui signifie que les jeunes étaient plus susceptibles d'arrêter que leurs aînés.

"Pour les jeunes qui ont arrêté de fumer, il y a un désir d'être en meilleure santé et de prendre le contrôle à un moment de leur vie où ce contrôle leur a été retiré", a déclaré Hazel Cheeseman, la directrice politique de l'ASH.