Études analysant l'effet des systèmes de tabac chauffés sur la qualité de l'air intérieur

janvier 26, 2021

Des études scientifiques publiées dans des revues de journaux ont été menées pour déterminer l'impact des produits du tabac chauffés (THS) sur la qualité de l'air. Ces produits, tels que l'IQOS du PMI, sont des alternatives sans fumée fonctionnant sur batterie aux cigarettes combustibles et fonctionnent en chauffant des bâtonnets contenant des feuilles de tabac. Ces recharges, qui ressemblent à des cigarettes courtes, doivent être insérées dans l'appareil principal et sont chauffées une fois que ce dernier est allumé.

Une de ces études, menée par des chercheurs de l'Université de technologie de Kaunas en Lituanie, a analysé en 2019 les niveaux de particules d'aérosol, de carbonyles et les concentrations de nicotine dans l'air intérieur des THS. Pour ce faire, ils ont comparé les concentrations intérieures de substances telles que le formaldéhyde, l'acétaldéhyde, le benzène, le toluène, la nicotine et les particules 2,5, provenant des THS, avec celles des cigarettes classiques et d'autres polluants atmosphériques connus.

Les niveaux de pollution provenant des THS sont insignifiants par rapport à la fumée de cigarette

Les données indiquent que les effets négatifs des THS sur la qualité de l'air intérieur sont insignifiants par rapport à ceux de la fumée de cigarette et d'autres polluants. « L'utilisation des THS a entraîné une augmentation statistiquement significative de plusieurs analytes, dont la nicotine, l'acétaldéhyde, les PM2,5 et la PNC, par rapport au fond. Les niveaux obtenus étaient significativement plus faibles (environ 16, 8, 8 et 28 fois pour la nicotine, l'acétaldéhyde, la PNC et les PM2,5, respectivement) par rapport aux niveaux résultant du tabagisme de cigarettes conventionnelles (CC) dans des conditions identiques», déclare le résumé de l'étude.

« Dans un environnement contrôlé, l'utilisation de THS [ainsi que d'une cigarette électronique] a entraîné les plus faibles concentrations de formaldéhyde, de benzène, de toluène et de PM2,5 parmi la majorité des sources de pollution étudiées [cigarettes conventionnelles, pipes à eau, encens, résistances de moustiques] », selon les auteurs Violeta Kauneliene, Marija Meisutovic-Akhtarieva et Dainius Martuzevicius.

« Ces données indiquent que les niveaux des principaux marqueurs de la pollution de l'air intérieur en cas d'aérosol environnemental THS peuvent être trop faibles pour être distingués du fond, ce qui pose des problèmes supplémentaires pour les études épidémiologiques visant à évaluer l'exposition de seconde main dans des environnements réels », ont-ils ajouté.